Bordeaux tient ses promesses

ailleurs

30 juillet 2015

stmichel5 stmichel6 stmichel8 stmichel9 stmichel10 stmichel11 stmichel78 stmichel12 stmichel13 stmichel4 stmichel1 stmichel14 stmichel15 stmichel16 stmichel2 stmichel3

Après notre journée au Cap Ferret, ma sœur m’a trimballée un peu partout dans Bordeaux, mais surtout au quartier Saint-Michel. C’est un peu le 18e côté Château Rouge de Bordeaux, mais sans crackmans ni enseignes disgracieuses de magasins de postiches ou d’iphones en carton. J’y ai acheté une robe comme celles que portaient ma grand-mère pour 8 euros dans un stand de fripes, mangé une délicieuse Burrata dans une des adorables terrasses qui bordent la place, humé les odeurs des fruits mûrs des étalages, dévoré des yeux l’intégralité des produits comestibles du marché des Capucins, et imaginé les plans de mon futur appartement avec terrasse surplombant ce joyeux bordel.

Il faut laisser au temps le temps de musarder dans les ruelles bordelaises…

 

Aucun commentaires pour le moment

Un village d’ostréiculteurs

ailleurs

28 juillet 2015

lhebre4 lhebre13 lhebre3 lhebre5 lhebre6 lhebre7 lhebre8 lhebre10 lhebre2 lhebre1 lhebre11 lhebre12 lhebre14 lhebre15

Voilà le petit paradis que m’a fait découvrir ma sœur le week-end dernier. Je n’étais pas retournée lui rendre visite à Bordeaux depuis le pont du 11 novembre, et déjà à l’époque j’étais tombée complètement amoureuse du Cap Ferret. Elle m’a cette fois-ci emmenée déjeuner dans un petit village d’ostréiculteurs. Fraîchement débarquée de Paris par le train,  j’ai réellement subi un petit choc en découvrant ces si jolies maisons. Et quand j’ai aperçu la petite terrasse du restaurant où nous allions déjeuner ça a carrément été la décharge de bonheur (non je n’exagère pas).

La deuxième décharge de bonheur est arrivée quelques heures après quand on a décidé d’aller se baigner. Je pourrais escalader cette dune pour admirer l’océan tous les jours et l’émotion serait toujours la même. Vers 18h le soleil se couche droit sur l’horizon en illuminant la mer, le vent léger remue les vagues en un grondement régulier. On s’est glissées dans l’eau froide et on a nagé contre le courant sans oser s’aventurer trop loin. J’aurais du mal à l’exprimer clairement, mais nager face au soleil couchant dans l’immensité de l’océan en luttant de front contre les vagues m’a procuré une sensation intense de plénitude. J’ai hâte d’y retourner, j’ai hâte de pouvoir passer plus de temps de ma vie près de l’océan.

5 commentaires pour cet article

Sur les traces des aïeux

ailleurs

22 juillet 2015

condatjuillet7 condatjuillet1 condatjuillet4 condatjuillet30 condatjuillet8 condatjuillet9 condatjuillet10 condatjuillet17 condatjuillet11 condatjuillet15 condatjuillet20 condatjuillet18 condatjuillet19 condatjuillet21 condatjuillet22 condatjuillet3 condatjuillet16 condatjuillet13 condatjuillet24 condatjuillet23 condatjuillet6 condatjuillet26 condatjuillet14 condatjuillet27 condatjuillet29 condatjuillet28 condatjuillet31 condatjuillet25 condatjuillet2

J’ai mis beaucoup de temps à percevoir le potentiel photogénique de notre maison de famille en Auvergne. Du vivant de ma grand-mère, il ne nous serait jamais venu à l’esprit de déplacer un objet ou de décrocher une tapisserie. Il y a quelques années encore, un triptyque représentant la passion du Christ ornait le mur de la salle à manger, c’était carrément lugubre. Mon grand-père est passé par une période très pieuse, sans que nous ne puissions vraiment nous l’expliquer aujourd’hui.

Après la disparition de ma grand-mère, on a doucement commencé à arracher les tapisseries et à investir dans des plaids en toile de jouy pour couvrir les vieux lits. Les chambres ont été attribuées avec les années, la nouvelle génération remplaçant l’ancienne. Et c’est ainsi que j’ai pris possession de la chambre de ma grand-mère au rez de chaussé après avoir longtemps partagé mon lit avec ma petite sœur dans une des chambres en bois sous les toits.

Chaque année, ma tante Claude remplit le petit vase du buffet avec les fleurs de notre première ballade, ma sœur lance le mouvement de la préparation des repas pendant que ma mère met un dernier coup de pinceau sur une porte ou un volet. Pour le 14 juillet, nous étions sans hommes comme cela arrive régulièrement. Il semblerait que les femmes de ma famille aiment ces rendez-vous en terre auvergnate. La télé n’a pas été allumée du séjour et même si le barbecue a mis un peu plus de temps à démarrer, il a grillé avec entrain brochettes de courgettes et champignons.

J’ai entrepris d’immortaliser les traces du passage de mes aïeux dans cette maison. Ma grand-mère avait coutume de faire sécher des fleurs entre les pages de ses gros bouquins de cuisine, elle y glissait aussi des recettes rédigées de sa main. Elle a aussi gardé dans un petit coffre une quantité incroyable de correspondances entre les membres de ma famille. J’y ai retrouvé des lettres qu’elle avait envoyé à mon arrière-grand père bien avant la naissance de ma mère.

Décidément on ne passe jamais assez de temps dans cette maison et je suis ravie d’y retourner pour le rendez-vous annuel du 15 août…

1 commentaire pour cet article