Octobre tiendra sa revanche

13 octobre 2014

lifestyle

repos00 repos1 repos8 repos9 repos10 repos11 repos12 repos13 repos14 repos15 repos16

Ce week-end m’a sauvée, à tel point que j’ai décidé de reprendre le texte de mon précédent post (supprimé de ce fait) pour accompagner ces images de la maison du Nord. Pardon pour ceux qui l’auront déjà lu…

Je sens beaucoup de changements ces derniers temps. J’ai arrêté le yoga il y a quelques temps (oui incroyable moi qui pensais en faire toute ma vie). J’ai senti que j’étais arrivée au bout du processus, le chantier était terminé, j’avais enfin réussi à remettre de l’ordre en moi, à chasser mes questions existentielles et à me sentir apaisée et sereine.

Mais alors que je pensais être pénarde pour un bout de temps, voilà qu’un autre mal bien plus superficiel vient m’emmerder au quotidien. Je ne supporte plus Paris, le métro, le monde, les distances… Je boude un apéro le soir rien qu’en pensant au retour, j’arrive irritée le matin au boulot, j’ai envie de foudroyer tous ces gens qui piétinent sur les trottoirs et se foutent par hasard juste devant mes pas. Descendre dans une bouche de métro est une torture, monter dans une rame pleine me colle des suées… En vrai rien de très nouveau mais il semblerait que j’ai enfin décidé de trouver mon mode de vie aberrant… Je vais avoir 30 ans, cela doit jouer !

J’aime d’amour mon 18e et j’aimerais pouvoir le transporter au loin dans une ville de Province… Mais je sais bien que c’est ridicule il doit bien exister des 18e un peu plus au sud, avec moins de métro, plus de nature, et moins de gens qui piétinent sur le trottoir juste devant mes pas…

Chez mes parents les feuilles sont rouges dorées dans l’allée, on aurait envie de les figer pour l’éternité dans un bouquet. On cueille les pommes du jardin pour en faire une tarte aux saveurs de l’automne. On mange dans le salon qui est bizarrement de la même couleur que la saison, c’est la première fois que je me fais cette réflexion. Il fait 15 degrés mais on fait un feu de cheminée puisque le bois est toujours là et qu’après tout finalement l’été a bien fait de filer… Pour des raisons réelles ou inventées, j’aime aussi la fin de l’été. Chaque saison finit par me fatiguer et me faire languir la suivante. Serais-je finalement plus une fille du froid que je ne me l’imaginais ?

Je ne pourrai pas revenir vivre à Amiens, mais ce qui est sûr, c’est que je vais bientôt me mettre en quête de ma maison pour y enfoncer mes racines et y cueillir des pommes pour faire des tartes le dimanche.

 

11 commentaires pour cet article

Temps de Mariage !

23 septembre 2014

ailleurs, lifestyle

songes0 songes3 songes6 songes7 songes4 songes8 songes9 songes10 songes11 songes1 songes2 songes12 songes13 songes14 songes15

Je crois qu’aussi loin que je me souvienne, je ne me suis jamais imaginée en robe blanche me faire passer la bague au doigt dans une église… Ca n’a jamais été un rêve de petite fille, ni un trip de princesse ado, et ça ne me traverse pas du tout l’esprit aujourd’hui !

Mes parents se sont mariés à la hâte un mois avant ma naissance (hahaha), donc je n’ai clairement pas été élevée dans le trip du gros mariage avec cotillons en grands fracas. En plus, malheureusement, la vie m’a montré à maintes reprises que l’engagement signe souvent la fin de l’amour, et j’ai toujours pensé, même petite, qu’on était plus désirables en tant que petite amie que mariée. Le brun se sent très bien, pas de pression sur son annulaire, ni sur le mien, ni sur notre porte monnaie.

PAR CONTRE, j’adore qu’on m’annonce un mariage, d’autant plus lorsqu’il s’agit de gens que j’aime, c’est bizarre, tant que je suis spectatrice j’apprécie la fête comme une petite folle :) Et je crois que j’ai assisté au plus beau mariage qu’il m’ait été donné de voir le week-end dernier, celui de la petite sœur du brun au Mas des Songes. La famille y avait passé quelques jours il y a une quinzaine d’année, la demoiselle avait déjà senti à l’époque que ce lieu accueillerait ses noces à merveille…

La maison est placée en hauteur sur un terrain vallonné, offrant un panorama 360° époustouflant. La piscine en béton plonge dans une quiétude unique, et le soleil quand il se couche révèle des lumières ocres et dorées à travers les ombres des arbres (oui je suis d’humeur poétique:)).

Ajoutez là-dessus  le crépuscule, des bougies partout, des tables rondes à belles nappes blanches dans le jardin, des roses blanches dans chaque pièces, et vous obtenez une soirée de mariage magique, délicieusement arrosée de champagne et de choux à la crème…

VIVE LES MARIÉS !!

Si vous aussi vous trouvez ce lieu magnifique, vous pouvez y réserver une des 5 chambres sans forcément vous y passer la bague au doigt :)

2 commentaires pour cet article

4 jours dans le Vaucluse

18 septembre 2014

ailleurs, lifestyle

hilaire10 hilaire9 hilaire11 hilaire5 hilaire21 hilaire1 hilaire3 hilaire4 hilaire2 hilaire12 hilaire13 hilaire14 hilaire15 hilaire16 hilaire17 hilaire18 hilaire19 hilaire20

 Je reviens juste de 4 jours au soleil avec la famille du brun. Sa petite sœur s’apprêtait à dire OUI, il fallait qu’on profite avec elle de ses dernières heures de jeune fille. Quelques photos de cette magnifique journée un peu plus tard, voilà déjà quelques moments passés à se prélasser au Mas des Fleurs d’Hilaire, et nos petites escapades dans la région. On s’attendait à en faire beaucoup plus, mais la piscine nous tendait les bras et on n’a pas eu le cœur de la quitter trop longtemps :). Avignon est à 2h30 de Paris en TGV, un tel dépaysement paraît fou en si peu de temps…

J’ai fait un énorme progrès pendant ce séjour, j’ai CONDUIT une voiture qu’on a LOUÉE à la gare d’Avignon. Je hais la voiture, et mon brun n’a pas le permis (oui on s’est très bien choisis), mais j’étais ravie de dépasser ma peur, bientôt on pourra se faire des road trip baroude à travers la pampa :)

La cérémonie à  l’église s’est déroulée dans un village comme je pensais qu’il n’en existait que chez Marcel Pagnol (Vinsobres). Le temps semble s’être figé au début du siècle dans ses ruelles, j’imaginais complètement des femmes en ombrelles et des hommes en costume de lin venir siroter un petit jaune en terrasse !

Mais très vite les cloches de l’église ont sonné et il a fallu s’engouffrer en rang d’oignon sur les banc pour la bénédiction…

2 commentaires pour cet article