Non mais vous avez vu ça… De l’herbe si douce et soyeuse qu’on pourrait se rouler dedans comme dans un lit… Des arrières plan de prairies qui se déclinent du vert au bleu à l’infini. Des vaches couleur terre dont le pelage flamboie sous le soleil… Des petits sentiers qui s’entortillent à travers les prés…

Des paysages pareils se méritent, et du courage il en faut pour venir les admirer jusque dans le Cantal. Déjà parce-que mine de rien la région n’est pas très accessible en transports… Les routes sont sinueuses et la gare la plus proche est beaucoup plus bas, à Clermont-Ferrant. Du coup, on se sent réellement seul au monde dans le Cantal, c’est l’idéal pour une retraite hors de la civilisation.

Ensuite, le climat est vraiment rigoureux en hiver, et souvent très humide en été, du coup les rayons de soleil se dégustent comme un petit miracle ! Alors quand les éléments sont avec nous, la magie de la nature opère…

On a fait une promenade en 2 fois plus de temps qu’il n’en fallait. Les balisages sont un peu obsolètes, mais nos erreurs de parcours nous ont permis de rencontrer ces merveilleux ânes peluches, ils nous ont fait la journée !

Et toujours la maison de famille pour nous retrouver le soir, mes parents arrivés quelques jours avant ont fait une cueillette miraculeuse de girolles. Ma tante nous en a fait notre soupe préférée, avec de la crème, des légumes, et un petit verre de Boudes :)