Quelques jours à Pâques dans la maison du Cantal, quel dommage qu’elle soit si loin… Les champs étaient remplis de jonquilles, mais de la neige persistait encore en altitude. Un calvaire de ne pas trop manger dans cette profusion de fromages, gigot, choux farcis, côtelettes d’agneaux, tartes aux framboises et cloches de Pâques ! On a passé des heures à lire dans le coin salon avec ma sœur, on a installé un canapé sous la fenêtre, pile à l’endroit où le soleil transperce les vitres le matin. Le salon à cheminée occupé exclusivement le soir jusque là est devenu ainsi le salon ensoleillé du matin, comme quoi ça ne tient à rien :). J’ai enfin fini Belle du Seigneur d’Albert Cohen, mon énorme pavé commencé en Thaïlande. Si vous aimez les histoires d’amour passionnées, pleines de fatalisme et de désamour (tout un paradoxe), je vous le conseille vivement. Personnellement ça faisait longtemps que l’atmosphère d’un livre ne m’avait pas autant hantée après sa lecture. C’est vraiment drôle, si j’avais lu ce livre plus jeune, je pense que je serais passée complètement à côté du propos de Cohen. Pourquoi s’autodétruire quand on a de l’or entre les mains, Solal et Ariane et leur passion dont on a tous un jour rêvé… Ces quelques jours ont réveillé mon rêve de maison de campagne… Mon Pinterest me hurle de doux chants de bâtisses en pierre avec poutres apparentes et cheminée colossale. Et surtout, des plaids, des coussins, des assiettes en porcelaine, et un chien.