Il faut que je me rende à l’évidence, j’adore prendre en photos des vieilleries. Surtout quand elles ne sont absolument pas mises en scène, mais plutôt disposées tout naturellement les unes par rapport aux autres. Je suis retournée dans l’appartement nostalgique (voir précédent billet), de jour cette fois, et j’en ai eu une vision complètement différente. Des plantes poussent à chaque fenêtre et filtrent doucement la lumière. Je me suis attardée sur le piano à queue et ses vieilles partitions. Un des enfants de mon oncle était là ce week-end, il était complètement surpris que je trouve un quelconque intérêt à prendre des photos de son ancienne maison musée. Moi même j’ai vécu quelques mois ici l’année dernière. Je me demande encore ce qui m’a retenue de soulever tout ces souvenirs à l’époque.