Cette année, Noël a duré longtemps. Mais malgré ça, Noël est passé très vite. Je regrette tellement mes impatiences d’enfance. Quand j’étais petite, je n’avais que Noël à penser et que ma liste à peaufiner pendant les 2 derniers mois de l’année. Aujourd’hui il y a le travail, les contraintes, les obligations, encore le travail, si bien que je n’ai pas eu une minute pour me languir des délicieuses heures de fin d’année, et je suis arrivée chez mes parents avec un énorme jet lag. Heureusement encore une fois ils avaient vu les choses en grand, on a trinqué à Noël à partir du 20 et préparé nos estomacs à chaque repas pour qu’ils soit assez distendus le 25. Petite merveille du matin de Noël, le feu a duré toute la nuit, tel un ronron dans la cheminée veillant sur nous pendant notre sommeil. C’est super rare que les braises résistent, et je n’ai pas pu m’empêcher d’y voir un peu de magie.