Un samedi soir, ascension de la butte Montmartre en passant par Pigalle, puis petit(s) verre(s) en terrasse. C’est assez insolite ces endroits où l’on s’imagine s’installer pour 1/2 heure et où finalement on décide de passer toute la fin de soirée… Bien enfoncés dans les banquettes moltonnées du café Chappe (y aller pour le cadre, beaucoup moins pour l’assiette), je regarde les gens passer, je ne ressens même pas le besoin de parler. J’adore les silences à Montmartre, les chemins en pente, les terrasses sur les rues pavées, les places sans voiture et sans agitation… En cette saison, on peut déjà profiter de la tiédeur du printemps sans avoir à subir le flot de touristes. Je me suis presque fait la promesse de retourner y vivre un jour:)