Cela fait plus de 6 ans que je suis partie, et j’ai encore ce “chez moi” à la bouche quand je rentre passer une journée dans ma maison du nord. Sûrement parce-que je me souviens l’avoir vue en ruine il y a 20 ans, et que j’ai grandi en même temps qu’elle s’est transformée. Elle est blanche et propre aujourd’hui, mais ses escaliers craquent toujours à chaque pas. Une après-midi devant le feu à faire griller des marrons et boire du thé. Et je retrouve mon chez moi parisien apaisée :)