Dimanche dernier, temps de brun, nuages déprimants, bruine incessante. Je ne sais pas quelle mouche m’a piquée, j’ai voulu aller aux puces de Clignancourt. J’imaginais y trouver un peu de chaleur et des guinguettes accueillantes. Au lieu de cela, les rues étaient désertes et les exposants semblaient scruter les passants comme des vaches regarderaient les trains passer. Impossible de se croiser dans les ruelles sans manquer de s’éborgner avec un coin de parapluie. Echec total, retour maison.

Et sur le chemin, heureusement, une boutique tout à fait singulière croise notre chemin. Entre les sculptures de squelettes d’animaux, les vieux chandeliers des horreurs, le papier-peint herbier et les soliflores en tubes à essai, chaque espace était digne d’une nature morte de Marcel Wanders. Impossible de trouver le nom de cette immense boutique sans enseigne, mais elle se situe au 2 rue Paul Bert, métro Porte de Clignancourt.