Manger à table

lifestyle

11 août 2015

Manger à table à Paris tient du luxe. J'ai la chance d'avoir une cuisine ouverte sur mon séjour, et donc, de la place pour installer une table. Jusque là je m'y refusais, arguant que je ne voulais pas perdre de précieux mètres carrés, encore moins découper l'espace de mon salon/cuisine. Puis récemment j'ai eu l'occasion de récupérer cette table en bois massif sur pieds métalliques. Cette table fait au moins 1,5 m2, elle nous a complètement effrayés lorsqu'on l'a montée dans notre salon. Elle est devenue notre meuble le plus imposant après le lit 180 cm de large de mon brun, mais elle nous a changé la vie. Mon salon étant exposé à l'est, je m'attable tous les matins pour prendre mon café au soleil. Le soir on vide le frigo sur la table pour se faire à dîner. On s'affaire tous les 2 autour de la table, je coupe, le brun cuit, on dresse les couverts, on mange assis, on se parle, parfois on boit un verre de rouge, on est sacrément des vieux. Ca m'a donné envie d'acheter un petit bouquet de fleurs fraîches tous les week-ends, et puis comme je trouvais ça beau, j'ai acheté plein de plantes en pot que j'ai disposées sur mon zinc. J'ai le sentiment comme ça d'avoir un mini jardin. Sur ebay j'ai chiné ces magnifiques bougeoirs d'époque en laiton, j'ai trouvé chez Hema les chandelles les moins chères de la place des internet pour dîner à la bougie tous les soirs. Bref, une table ça change tout. Dans quelques mois on a va faire pas mal de travaux dans l'appart, je crois que je trépignais trop il me fallait déjà un peu de changement:) Cette table prodigieuse vient de chez Ikea, elle s'appelle Karpalund et voici sa référence magique.

table1 table6 table2 table3 table4 table7 table5 table8 table9 table10 table11 table12

Manger à table à Paris tient du luxe. J’ai la chance d’avoir une cuisine ouverte sur mon séjour, et donc, de la place pour installer une table. Jusque là je m’y refusais, arguant que je ne voulais pas perdre de précieux mètres carrés, encore moins découper l’espace de mon salon/cuisine. Puis récemment j’ai eu l’occasion de récupérer cette table en bois massif sur pieds métalliques. Cette table fait au moins 1,5 m2, elle nous a complètement effrayés lorsqu’on l’a montée dans notre salon. Elle est devenue notre meuble le plus imposant après le lit 180 cm de large de mon brun, mais elle nous a changé la vie. Mon salon étant exposé à l’est, je m’attable tous les matins pour prendre mon café au soleil. Le soir on vide le frigo sur la table pour se faire à dîner. On s’affaire tous les 2 autour de la table, je coupe, le brun cuit, on dresse les couverts, on mange assis, on se parle, parfois on boit un verre de rouge, on est sacrément des vieux. Ca m’a donné envie d’acheter un petit bouquet de fleurs fraîches tous les week-ends, et puis comme je trouvais ça beau, j’ai acheté plein de plantes en pot que j’ai disposées sur mon zinc. J’ai le sentiment comme ça d’avoir un mini jardin. Sur ebay j’ai chiné ces magnifiques bougeoirs d’époque en laiton, j’ai trouvé chez Hema les chandelles les moins chères de la place des internet pour dîner à la bougie tous les soirs. Bref, une table ça change tout. Dans quelques mois on a va faire pas mal de travaux dans l’appart, je crois que je trépignais trop il me fallait déjà un peu de changement:) Cette table prodigieuse vient de chez Ikea, elle s’appelle Karpalund et voici sa référence magique.

3 commentaires pour cet article

Le dilemme du passéiste

paris

6 août 2015

dans un lieu chargé d'histoire grouillant de témoignages du passé.

Et donc la tournée des châteaux continue :) Je savais que Paris était une ville musée mais j'ignorais qu'elle était aussi une ville palais.

A l'occasion des journées du patrimoine, j'ai pu visiter les Archives Nationales. Beaucoup se sont rués à l'Elysée mais je ne regrette vraiment pas mon choix. Jamais je n'aurais imaginé un lieu aussi majestueux et meublé d'époque en plein cœur de Paris. Certaines archives remontent à la royauté et leurs dossiers fripées sont mis en scène en de magnifiques natures mortes sous des cartographies du siècle dernier.

Si comme moi vous êtes passéistes, vous savez maintenant quoi visiter lors des prochaines journées du patrimoine :)

(Les dernières images ont été prises dans les jardins du musée Carnavalet)

archives23 archives6 archives5 archives13 archives3 archives4 archives17 archives16 archives15 archives12 archives11 archives10 archives9 archives8 archives7 archives1 archives18 archives19 archives22

dans un lieu chargé d’histoire grouillant de témoignages du passé.

Et donc la tournée des châteaux continue :) Je savais que Paris était une ville musée mais j’ignorais qu’elle était aussi une ville palais.

A l’occasion des journées du patrimoine, j’ai pu visiter les Archives Nationales. Beaucoup se sont rués à l’Elysée mais je ne regrette vraiment pas mon choix. Jamais je n’aurais imaginé un lieu aussi majestueux et meublé d’époque en plein cœur de Paris. Certaines archives remontent à la royauté et leurs dossiers fripées sont mis en scène en de magnifiques natures mortes sous des cartographies du siècle dernier.

Si comme moi vous êtes passéistes, vous savez maintenant quoi visiter lors des prochaines journées du patrimoine :)

(Les dernières images ont été prises dans les jardins du musée Carnavalet)

Aucun commentaires pour le moment

Bordeaux tient ses promesses

ailleurs

30 juillet 2015

Après notre journée au Cap Ferret, ma sœur m'a trimballée un peu partout dans Bordeaux, mais surtout au quartier Saint-Michel. C'est un peu le 18e côté Château Rouge de Bordeaux, mais sans crackmans ni enseignes disgracieuses de magasins de postiches ou d'iphones en carton. J'y ai acheté une robe comme celles que portaient ma grand-mère pour 8 euros dans un stand de fripes, mangé une délicieuse Burrata dans une des adorables terrasses qui bordent la place, humé les odeurs des fruits mûrs des étalages, dévoré des yeux l'intégralité des produits comestibles du marché des Capucins, et imaginé les plans de mon futur appartement avec terrasse surplombant ce joyeux bordel. Il faut laisser au temps le temps de musarder dans les ruelles bordelaises...

stmichel5 stmichel6 stmichel8 stmichel9 stmichel10 stmichel11 stmichel78 stmichel12 stmichel13 stmichel4 stmichel1 stmichel14 stmichel15 stmichel16 stmichel2 stmichel3

Après notre journée au Cap Ferret, ma sœur m’a trimballée un peu partout dans Bordeaux, mais surtout au quartier Saint-Michel. C’est un peu le 18e côté Château Rouge de Bordeaux, mais sans crackmans ni enseignes disgracieuses de magasins de postiches ou d’iphones en carton. J’y ai acheté une robe comme celles que portaient ma grand-mère pour 8 euros dans un stand de fripes, mangé une délicieuse Burrata dans une des adorables terrasses qui bordent la place, humé les odeurs des fruits mûrs des étalages, dévoré des yeux l’intégralité des produits comestibles du marché des Capucins, et imaginé les plans de mon futur appartement avec terrasse surplombant ce joyeux bordel. Il faut laisser au temps le temps de musarder dans les ruelles bordelaises…

Aucun commentaires pour le moment